samedi 21 septembre 2013

François Rannou : rapt

Vient de paraître :






















François Rannou
rapt

Coédition La Nerthe / La Termitière

La présentation des éditions La Nerthe :

Pour rapt, une grande cohérence, faite de reprises, de progressions qui tracent un espace possible à ce qui se dérobe au creux même de la parole et interrogent la figure du poète aujourd’hui, c’est-à-dire pour nous :
a) être dedans assiégé dans sa parole et aussi poussé dehors, les “chiens” guettant
b) être dans notre monde coupé-relié au plus ancien, dans une tension presque sans consolation possible
c) pouvoir encore dire la possibilité d’amour-déchirure-silence sans illusion mais avec un œil mat
d) sentir comment la mort prend orphée au collet à travers l’expérience des dernières heures de Segalen. Mais en même temps, comment autre chose s’ouvre
e) que vient découvrir le poème avec pour prétexte Max Jacob : polyphonie, travail de la voix, contretemps, pour composer un “chant” dont l’entaille fait naître l’écoute
f) Les 14 stelles sont autant de lieux dits par ce qui les enlève à leur présence-cliché : imperceptibles mouvements, gestes obliques, inaperçus, battements sourds.
g) La frontière invisible dit concrètement cette ligne de démarcation subreptice que Rimbaud passait
h) les deux derniers textes traversent Berlin pour essayer de dire ce qui se construit/se déconstruit en dehors de nous, en nous, comment le poème a affaire avec les temps en nous qui se recoupent et se superposent



François Rannou est né en 1963. Cofondateur en 1990 de la revue La rivière échappée, il codirige désormais une collection à la Lettre Volée. Il a traduit des poèmes de Peter Huchel, d’Emily Dickinson et Sarah Plimpton. Il a consacré un numéro de la revue Europe à la littérature de Bretagne ainsi que les volumes de la revue L’étrangère à André du Bouchet. Auteur d’une vingtaine d’ouvrages.